Siris pesticides 2012

 

SIRIS-Pesticides 2012

La base de données substances actives de SIRIS-Pesticides 2012 est une compilation d’informations disponibles dans les dossiers d’homologation européens, dans les bases de données AGRITOX (extraction datant de mars 2012), ePhy (base du MAP), FOOTPRINT et dans le manuel e-pesticides (British Crop Protection Council, 2004).

Un bref descriptif des différentes informations comprises dans la base de données SIRIS-Pesticides 2012 est donné ci-dessous.

Télécharger la base "SIRIS-Pesticides 2012"

A- Informations générales 

Nom SA

Nom de la substance active.

CAS

Le numéro CAS d'une substance active (ou de tout autre produit chimique) correspond à son numéro d'enregistrement auprès de la banque de données de Chemical Abstracts Service (CAS).

Code Sandre

Ce code a été attribué aux substances par le SANDRE. Cet organisme est animé par l’OIEAU et a pour but de faciliter l’échange et le stockage des données relatives à l’eau dans le cadre du Réseau National des Données sur l’Eau (RNDE). Il permet ainsi de mettre en commun et de comparer les données produites par les nombreux acteurs impliqués dans la réglementation, la gestion et l’utilisation des eaux.

Famille chimique

Les principaux pesticides utilisés appartiennent à quelques grandes familles chimiques. On peut noter par exemple les pyréthrinoïdes, les carbamates, les organophosphorés, etc. La base de données SIRIS-Pesticides contient 124 familles chimiques.

Activité biologique

Les pesticides peuvent être classés suivant leur cible : insecticides, fongicides, herbicides, rodenticides… On classe également dans les pesticides quelques substances telles que des régulateurs de croissance. La base de données SIRIS-Pesticides liste 26 types d’activités biologiques.

B- Paramètres physico-chimiques

Coefficient de partage carbone organique – eau (Koc)

C’est le coefficient de partage entre le carbone organique du sol et l’eau (L.kg-1). C’est le rapport entre la quantité absorbée d’un composé par unité de poids de carbone organique du sol et la concentration de ce même composé en solution aqueuse à l’équilibre. Plus le coefficient Koc est grand, plus la substance est « liée » aux particules du sol et moins il a tendance à se trouver dissout dans l’eau.

La solubilité

La solubilité d’un composé est la quantité maximale qui peut-être dissoute dans un solvant, ici l’eau, à une température donnée. Elle est exprimée en mg.L-1.

La persistance dans le sol

La persistance dans le sol ou temps de demi-vie (DT50) est évaluée par le temps de dégradation ou la dissipation de 50 % de la substance active présente dans le sol. La base de données « phytosanitaires »
renseigne la persistance (DT50) mesurée au champ. Elle est exprimée en jours.

L’hydrolyse

L’hydrolyse est évaluée par le temps nécessaire à la dégradation de 50% de la substance active dans l'eau, exprimé en jours ou en heures à un pH donné et déterminé par un test de laboratoire. Dans la base de données, elle est décrite par une appréciation qualitative choisie (« instable », « stable », « très stable »).

C- Paramètres de toxicologie et d’écotoxicologie

Les effets écotoxicologiques

Trois variables, exprimées en mg.L-1, ont été retenues par le Groupe de Travail « Listes prioritaires » en 1995. Ce sont :

  • La CL50 des poissons ou concentration létale pour 50 % d'un lot de poissons soumis au test.
  • La CI50 ou concentration à laquelle on observe l’immobilisation de 50% des daphnies soumises au test.
  • La CE50 algues ou concentration à laquelle on observe l’inhibition de 50% des algues soumises au test.

La variable retenue pour la « classe CL50 » est celle pour laquelle la concentration est minimale.

La dose journalière admissible (DJA)

La Dose Sans Effet (DES) est la dose maximale d’une substance qui peut être éventuellement consommée par un organisme donné sans qu’elle entraîne d’effet constaté. La Dose Journalière Admissible (DJA) correspond au centième de la DES déterminée sur l’organisme test le plus sensible. Le coefficient de sécurité de 100 est une précaution supplémentaire tenant compte de la variabilité intra et interspécifique afin de limiter les risques envers l’homme. La DJA correspond à la quantité maximale réglementaire de pesticide qui peut être ingérée tous les jours de sa vie par un individu sans risques pour sa santé. Elle s’exprime en mg.kg-1.j-1de poids corporel.